Le quadrille des homards

est une compagnie de danse basée à Lille sous forme d’association loi 1901.

Elle soutient des créations chorégraphiques, en dialogue avec d’autres expressions artistiques. Elle propose également des stages de danse contemporaine et d’improvisation, des conférences et des ateliers de culture chorégraphique.

Bonne année 2021 !

Que ces temps troublés puissent nous relier à l’essentiel pour continuer la route et surfer avec vents et marées, dans la joie sans cesse renouvelée…

Ces quelques mots d’Aharon Appelfeld pour accompagner ces voeux :
« L’enfant, son étonnement, ses peurs subites, le chagrin incompréhensible qui le submerge parfois, sa proximité avec les animaux, ses plongées dans ses rêveries, son lien mystérieux à son père, à sa mère, tout cela, et plus que cela, l’accompagne lorsqu’il s’apprête à dévoiler son intériorité. Les autres visions, parfois importantes et complexes, sont secondaires par rapport au regard nu de l’enfant. J’irai plus loin encore : il n’y a pas d’artiste sérieux sans l’enfant qui est en lui. C’est cet enfant qui le sauve des paroles inutiles, de la tendance à chicaner, de l’habilité ou de l’hypocrisie auxquelles un homme est amené à recourir selon les circonstances. L’écrivain n’est pas un être qui contient en lui la sagesse du monde, mais un être relié aux visions premières, dans lesquelles il puise sa vitalité. Des voix pourraient s’élever pour dire qu’il s’agit d’un monde restreint. C’est vrai. Une bonne histoire aspire à la réduction et à la concentration. Il suffit de deux ou trois personnes apparues dans l’enfance à un moment d’acuité vive, et si l’auteur parvient à s’y relier, comme à sa mère le soir avant le sommeil, comme à son père dans un rare instant de grâce, c’est tout un monde qui s’ouvre à lui, en lui, et d’où émane une bénédiction. » (Mon père et ma mère)